NOUVEAU: Un nouveau point retrait sur notre plateforme à Saint-Aubin-des-Châteaux

Près de Châteaubriant : Florian rouvre la supérette du village un an après sa fermeture

La supérette du village reprend vie. Depuis le samedi 27 août 2022, les habitants de Saint-Aubin-des-Châteaux (Loire-Atlantique) se succèdent dans les rayons de Panier Sympa.

Un soulagement pour beaucoup, sans commerce de bouche pendant plus d’un an, après la fermeture de l’ancienne épicerie en juin 2021.

La supérette du village reprend vie. Depuis le samedi 27 août 2022, les habitants de Saint-Aubin-des-Châteaux (Loire-Atlantique) se succèdent dans les rayons de Panier Sympa.

Un soulagement pour beaucoup, sans commerce de bouche pendant plus d’un an, après la fermeture de l’ancienne épicerie en juin 2021.

Panier Sympa

La supérette Panier Sympa a ouvert ses portes le samedi 27 août 2022, dans le bourg de Saint-Aubin-des-Châteaux (Loire-Atlantique). ©L’Éclaireur de Châteaubriant

Un enfant de Saint-Aubin

« Ça faisait longtemps qu’on attendait ça », se réjouit une assistante maternelle, installée à Saint-Aubin depuis 11 ans. « J’ai des problèmes de vue, donc c’est mon mari qui doit s’occuper des courses. Avoir ce commerce en face de chez soi c’est génial, et puis ça fait vivre le bourg. »

Derrière la caisse enregistreuse se trouve Florian Girault, 37 ans. Un enfant du pays, connu par de nombreux Aubinois.

« J’ai habité à Nantes pendant une dizaine d’années avec ma compagne avant de revenir ici il y a deux ans. On a toujours été très impliqués dans la vie associative locale, moi dans le club de foot et elle dans le handball et la danse. Ça facilite le lien avec la clientèle. »

Ne soyez donc pas surpris si comme ce vendredi matin, de nombreux clients l’appellent par son prénom après une tape sur l’épaule.

Avant de prendre les commandes de ce commerce de proximité, Florian Girault a travaillé comme cuisinier dans de nombreux restaurants puis comme livreur commercial dans les produits surgelés.

L’idée de reprendre ce commerce germe dans sa tête il y a 4 ans. « Le commerce et le contact avec la clientèle me plaisent », confie l’Aubinois.

D’importants travaux de rénovation

Florian décide de contacter spontanément le propriétaire du fonds de commerce en 2018 pour le sonder sur une éventuelle vente. Après une proposition de rachat refusée et une reprise avortée par un autre repreneur, la Mairiepropriétaire les murs, reprend la main sur le dossier en mars 2022 après la liquidation judiciaire du commerce.

Un appel à projets avait été lancé en décembre 2021 par la commune pour relancer l’épicerie. Le projet de Florian est finalement retenu. Ce dernier a pu s’appuyer sur un prêt à taux zéro de 7 000 € accordé par Initiative Loire-Atlantique Nord (Ilan) qui a également accompagné l’entrepreneur dans ses démarches.

Depuis mars et jusqu’au mois d’août, d’importants travaux ont par ailleurs été réalisés par la Mairie pour offrir un lieu entièrement rénové au nouveau gérant et à son salarié, Maxime Rouillard, responsable du rayon boucherie-charcuterie traiteur. Le jeune homme de 27 ans également cuisinier de métier et détenteur d’un CAP boucherie-charcuterie s’est lancé dans l’aventure aux côtés de Florian, qu’il connaît bien.

Depuis l’ouverture, il gère entièrement ce rayon ouvert le vendredi, samedi et dimanche. La clientèle y retrouve un vrai petit étal de boucherie-charcuterie sur lequel viennent se glisser quelques produits de la mer ainsi que plusieurs plats préparés principalement par Maxime.

« On propose 3, 4 recettes différentes chaque week-end et on peut aussi répondre à des demandes de particuliers. On a aussi mis ce rayon en place pour qu’il y ait de l’échange avec les clients », commente le nouveau gérant.

Des livraisons à domicile proposées

Très bien achalandée, sa supérette de 78 m2 de surface de vente propose aussi de nombreux produits de bouche (fromage, viande, charcuterie…) issus de producteurs locaux. « Les fruits et légumes viennent aussi de Castel Primeurs, du Potager sionnais et des Jardins de la Brutz à Teillay pour les produits bios », précise Florian Girault.

La supérette complète également l’offre du dépôt de pain de la commune et propose de réaliser des livraisons à domicile sur toute la commune pour les personnes à mobilité réduite.

Les clients ont déjà répondu présents pour la première semaine d’ouverture du commerce. « On a fait un très bon premier week-end », se réjouit le commerçant, qui travaille sous la bannière du groupe CodiFrance (Cocci Market). » Ça permet de proposer un gros éventail de produits et de marques nationales tout en ayant les prix compétitifs. »

Il reste cependant toujours à l’écoute de ses clients et de leurs besoins. « Je tiens un cahier depuis l’ouverture, plusieurs personnes m’ont par exemple demandé du lait ribot, alors j’en ai commandé. » Le sens du commerce.